S5 Aurora Dawn - шаблон joomla Книги

 

INTRODUCTION

Ce chapitre tentera de décrire la situation sanitaire en 2013 de la région de Kaolack en partant des infrastructures, du personnel, du financement et des différentes activités des formations sanitaires.


1. Les infrastructures

1.1. Les infrastructures sanitaires de base

La région compte en 2013 un (1) hôpital de niveau 2, neuf (9) centres de santé, quatre-vingt-dix (90) postes de santé et dispensaires catholiques, huit (8) cabinets médicaux et cliniques, dix-sept (17) infirmeries et cabinets de soins infirmiers, deux cent quarante-neuf (249) cases de santé.

La carte scolaire présente aussi des structures de soutien et d’action sociale. Parmi celles-ci, on note : deux (2) laboratoires, quarante-cinq (45) pharmacies, quatre (4) centres sociaux et de réinsertion sociale, une (1) brigade d’hygiène.

La région est riche d’un centre de recherche sur le paludisme, implanté dans le village de Keur Socé. Ce centre est une unité du département de parasitologie de l’UCAD (Université Cheikh Anta Diop).

situation  des infrastructures de santé selon le secteur le type en 2013

Structures

Public

Parapublic

Privé

Total

Structures d’offres de soins

Hôpital

1

0

0

1

Centre de santé

4

3

2

9

Cabinet et clinique

0

0

8

8

Poste de santé et Dispensaire privé catholique

86

0

4

90

Infirmerie et cabinet de soins infirmiers

0

9

8

17

Case de santé

249

0

0

249

Structures de soutien et d’action sociale

Laboratoire

1

0

1

2

Pharmacie

1

0

44

45

Centres sociaux et réinsertion sociale

4

0

0

4

Brigade d’hygiène

1

0

0

1

Centre de recherche sur le paludisme

1

0

0

1

Source : Région Médicale de Kaolack


1.2. Les infrastructures sanitaires publiques

La région dispose d’un seul centre hospitalier régional de niveau 2 qui polarise les régions périphériques ainsi que certains pays de la sous-région en raison de sa position géographique.

Sur les 4 centres de santé de la région, seul celui de Nioro est de niveau 2 (avec chirurgie de district). Un autre centre de santé en construction à Gandiaye dans le cadre du BCI décentralisé va enrichir sous peu le district sanitaire de Kaolack. Sur les 249 cases de santé effectives, les 80% sont fonctionnels en 2013.

L’analyse de la situation actuelle en matière d’infrastructures publiques, vue sur la base des normes OMS/PNDS, fait état d’un déficit important en structures de référence. En effet, il existe un seul hôpital régional et un seul centre de santé de niveau 2, pour faire face à la demande de plus en plus croissante en soins de santé secondaires.

Les ratios selon les normes OMS sont loin d’être atteints : un hôpital pour 300 00 personnes (OMS) contre un hôpital pour 863 511 personnes (situation actuelle). Pour une meilleure carte scolaire, il faudra 2 autres hôpitaux dont un à Nioro (ériger le CSR de Nioro en véritable hôpital de type 2). Il faudra également construire d’autres centres de santé (environ 10) mais surtout finaliser celui de Gandiaye en construction.

L’importance du poids démographiques en milieu urbain, corrélée à la norme d’un poste de santé pour 5 000 habitants en milieu urbain, milite en faveur de l’augmentation des postes de santé en milieu urbain.

Situation  des infrastructures publiques de santé selon le district sanitaire en 2013

Infrastructures

DISTRICTS SANITAIRES

Région

Kaolack

Ndoffane

Guinguinéo

Nioro

Hôpital

1

0

0

0

1

District sanitaire

1

1

1

1

4

Centre de santé

1

1

1

1

4

Poste de santé

25

15

19

25

84

Case de santé

30

62

50

107

249

CPRS

1

0

1

1

3

PMI

1

0

0

0

1

Source : Région Médicale de Kaolack

 

situation  des infrastructures de santé selon les normes OMS en 2013

Normes OMS/PNDS

Situation actuelle

Besoins

Hôpital

1/300 000

1/960 875

2

District sanitaire

1/150 000

1/215 819

2

Centre de santé

1/50 000

1/240219

10

Poste de santé

1/10 000

1/11 439

5

Source : Région Médicale de Kaolack


1.3. Les infrastructures sanitaires parapubliques

Les infrastructures parapubliques de soins (armée, police, Sociétés Nationales, etc.) sont essentiellement concentrées dans la commune de Kaolack. Ce sont :

  1. Le centre médical de garnison du commandement de la zone centre
  2. Le centre de santé de l’IPRES de Kaolack et celui des fonctionnaires
  3. Les infirmeries des MAC, et des autres services militaires (gendarmerie, police)
  4. Les infirmeries des sociétés nationales (SDE, Salins du Sénégal, SUNEOR ; BCEAO).

Situation  des infrastructures parapubliques de santé selon le district en 2013

Infrastructures

DISTRICTS SANITAIRES

Région

Guinguinéo

Kaolack

Ndoffane

Nioro

Centre Médical de garnison

0

1

0

0

1

Infirmerie MAC

0

1

1

0

2

Centre de Santé IPRES

0

1

0

0

1

Centre médicaux des Fonctionnaires

0

1

0

0

1

Infirmerie Gendarmerie

0

1

0

0

1

Infirmerie Camp de Garde

0

1

0

0

1

IME

0

1

0

0

1

Infirmerie SDE

0

1

0

0

1

Infirmerie SUNEOR

0

1

0

0

1

Infirmerie Salins

0

1

0

0

1

Infirmerie BCEAO

0

1

0

0

1

Source : Région Médicale de Kaolack


1.4. Les infrastructures sanitaires privées

La plupart des structures sanitaires privées sont concentrées dans la commune de Kaolack avec plus de 80%. Le district sanitaire de Kaolack compte deux centres de santé privés.

Il s’agit du centre de PMI du village SOS  qui dispose d’un plateau technique assez important et proche d’un centre de santé du type 2 et du centre de santé du village de Sagne Bambara (privé musulman).

Situation  des infrastructures privées de santé selon le district en 2013

Infrastructures

DISTRICTS SANITAIRES

Région

Guinguinéo

Kaolack

Ndoffane

Nioro

Centre de santé

0

2

0

0

2

Dispensaire Privé Catholique

1

2

1

0

4

Cabinet de soins infirmiers

0

4

0

4

8

Cabinet médical

0

10

0

0

10

Clinique médicale

0

8

0

0

8

Cabinet dentaire

0

3

0

0

3

Laboratoire d’analyse

0

1

0

0

1

Officine de pharmacie

1

33

3

7

44

Source : Région Médicale de Kaolack

2. La situation du personnel

Le personnel de santé dans la région de Kaolack comprend : le personnel médical, paramédical et celui du privé. Par ailleurs, il existe un autre personnel dit de soutien et de communautaire. Dans le cadre de la santé publique, l’OMS a élaboré des normes pour les pays membres, servant à la planification des besoins en santé. Ces normes ont été reprises et conceptualisées par le PNDS. Ce qui nous emmène à constater que la région est loin d’atteindre les normes pour la santé publique en ce qui concerne les médecins (un médecin pour 22 723 habitants contre un médecin pour 10 000 habitants selon la norme OMS). Même si le nombre total de médecins de la région (52) était pris en compte, la norme ne serait pas atteinte car on serait à un médecin pour 16 600 habitants. Pour satisfaire la norme, la région a encore besoin de 48 autres médecins.

Situation  du personnel de santé selon les normes OMS en 2013

Catégorie

Normes OMS/PNDS

Situation régionale

Médecin

1/10 000

(pour 38 médecins) 1/25 286 hbts

Infirmier et assimilé

1/5 000

1/7 448 hbts

Sage-femme

11/300 FAR

1/3 610 FAR

Bajenu Gox

1/1 000

686 formés

Source : Région Médicale de Kaolack

2.1. Le personnel médical

Ce personnel est composé essentiellement de médecins. A ce titre, la région compte 38 médecins dont 16 généralistes. Parmi ces médecins, 20 sont affectés à l’hôpital régional. Plus de 55% des médecins que compte la région, travaillent à l’hôpital régional. La région médicale, unité de coordination compte plus de médecins que les districts sanitaires.

Situation  du personnel médical en 2013

Catégories

DISTRICTS SANITAIRES

Hôpital

RM

Région

Nioro

Ndoffane

Kaolack

Guinguinéo

Médecin généraliste

2

1

3

1

5

4

16

Chirurgien

0

0

0

0

2

0

2

Gynécologue

1

0

0

0

2

0

3

Chirurgien-dentiste

1

1

0

1

1

0

4

Dermatologue

0

0

0

0

1

0

1

Urologue

0

0

0

0

1

0

1

Ophtalmologue

0

0

0

0

1

0

1

Anesthésiste

0

0

0

0

2

0

2

Radiologue

0

0

0

0

1

0

1

Cardiologue

0

0

0

0

1

0

1

Pédiatre

0

0

0

0

1

0

1

Médecin ORL

0

0

0

0

1

0

1

Pharmacien

0

0

0

0

2

2

4

Total

4

2

3

2

21

6

38

Source : Région Médicale de Kaolack


2.2. Le personnel paramédical

Ce corps est constitué d’infirmiers et assimilés, de sages-femmes et les techniciens supérieurs de santé, travaillant dans les structures publiques. On y compte également des agents d’hygiène et agents sociaux.

La région compte entre autres 129 infirmiers et assimilés (assistants infirmiers, infirmiers brevetés etc…), 48 sages-femmes d’état, 38 techniciens supérieurs. Ces techniciens supérieurs sont plus concentrés dans l’hôpital régional avec un pourcentage de plus de 55%.

Situation  du personnel paramédical en 2013

Catégories

DISTRICTS SANITAIRES

Hôpital

RM

Région

Nioro

Ndoffane

Kaolack

Guinguinéo

Sage-femme

14

6

11

6

8

3

48

Infirmier et assimilé

28

16

27

19

37

2

129

Technicien Supérieur

5

0

3

2

21

7

38

Travailleurs Sociaux

2

1

3

1

7

2

16

Agent d’hygiène

5

4

11

3

0

4

27

Source : Région Médicale de Kaolack


2.3. Le personnel communautaire

Le personnel communautaire est composé essentiellement de d’ASC, de matrones, de relais et de «Bajénu Gox», une espèce de relais communautaire, spécialisée spécifiquement à la sensibilisation sur les questions de santé de reproduction. Ce nouveau type de personnel qui commence à gagner du terrain représente 20% du personnel communautaire de la région. Le personnel communautaire est composé de 29% exclusivement de femmes (matrones et Bajénu Gox).

Situation  du personnel communautaire en 2013

Catégories

Effectifs

Ratio (en %)

Agent de Santé Communautaire (homme)

450

13.3

Agent de Santé Communautaire (matrone)

307

9.1

Relais communautaire

1 761

52.1

Bajénu Gox

686

20.3

Autres

176

5.2

Total

3 380

100

Source : Région Médicale de Kaolack


2.4. Le personnel privé

La région n’est pas très riche en personnel privé. Le peu de médecins qui existent sont presque tous des généralistes. Cependant, du point de vue couverture médicale selon certaines spécialités comme la pédiatrie, la gynécologie, la chirurgie, entre autres, la région en est pourvue. Ce qu’il faut déplorer, c’est le fait que tout ce personnel privé est basé dans la capitale régionale, à Kaolack.

Tableau 138 : Situation  du personnel privé en 2013

Catégorie

Effectif

Médecin généraliste

10

Chirurgien

1

Gynécologue

2

Chirurgien-dentiste

3

Ophtalmologue

1

Pédiatre

1

Pharmacien d’officine

38

Sage-femme

5

Infirmier

9

Travailleurs sociaux

5

Source : Région Médicale de Kaolack


3.Le budget de la santé

Le financement de la santé régionale est assuré en grande partie par l’Etat, les CL, les comités de santé et les partenaires communément appelé PTF (Partenaire Technique et Financier).

 

3.1. Le budget de l’Etat

L’Etat du Sénégal assure le fonctionnement général des services publics de santé, en y intégrant les frais de personnel (salaires et motivations). A ce titre, Il a mis 981 558 000 F CFA pour le fonctionnement des services de santé relevant de la région médicale dont 81% pour les salaires du personnel. A ce montant, s’y ajoute la subvention que l’Etat accorde au CHR (Centre Hospitalier Régional), d’un montant de 311 483 335 F CFA. Globalement, l’Etat a contribué au financent de la santé régionale à hauteur de 1 293 041 335. Le district de Nioro absorbe la plus grande part de ce budget avec 23%, suivi de la RM avec 20%.

Budget octroyé par l’Etat du Sénégal en 2013

Structure

Dépenses

Total

personnel

Fonctionnement

DS Kaolack

145 775 000

19 895 000

165 670 000

DS Ndoffane

15 109 000

19 895 000

35 004 000

DS Nioro

198 244 000

30 474 000

228 718 000

DS Guinguinéo

69 451 000

16 369 000

85 820 000

RM

150 664 000

45 000 000

195 664 000

Labo régional

 

4 918 000

4 918 000

SRAS

5 263 000

4 000 000

9 263 000

SDAS Nioro

 

2 500 000

2 500 000

SDAS Kaolack

 

2 500 000

2 500 000

CPRS Kaolack

6 646 000

1 500 000

8 146 000

CPRS Nioro

6 018 000

1 500 000

7 518 000

CPRS Guinguinéo

 

1 500 000

1 500 000

CRFS

34 570 000

27 800 000

62 370 000

BRH

163 467 000

6 000 000

169 467 000

CRS des MM

 

2 500 000

2 500 000

Total

795 207 000

186 351 000

981 558 000

Source : Région Médicale de Kaolack

3.2. Le budget du CHR de Kaolack

Le budget prévisionnel du Centre Hospitalier Régional (CHR El Hadji Ibrahima Niass) de Kaolack de l’exercice 2013 ‘s’élève à 1 399 363 335 F CFA, avec un taux de réalisation de 80%. Les charges en personnel sont évaluées à 57% du budget avec un taux de réalisation de 81%. Pour combler le budget, l’hôpital s’appuie sur les recettes propres, issues de la tarification et des activités créatrices de revenu, ainsi que des subventions de l’Etat et des partenaires. A ce titre, 85% du budget est bouclé pour l’exercice 2013. Autrement dit, sur les 1 399 363 335 F CFA prévus le budget, l’hôpital a mobilisé 1 183 794 637 F CFA. La subvention prévue pour le Conseil Régional a subi une rallonge de 2 millions de francs.

 Budget de l’hôpital en 2013

Prévisions

Réalisations

%

Charge du personnel

803 000 000

650 277 556

81,0

Charges médicales et pharmaceutiques

206 600 000

180 926 163

87,6

Charges générale et hôtelières

350 163 335

285 821 037

81,6

Provision, charges financières

9 600 000

5 997 662

62,5

Transferts

30 000 000

-

0

Total

1 399 363 335

1 123 022 418

80,3

Source : Région Médicale de Kaolack


Principales ressources  de l’hôpital en 2013

Prévisions

Réalisations

GAP

%

Recettes de tarification

804 286 665

626 162 673

178 123 992

77,9

Autres recettes

147 793 335

147 248 629

544 706

99,6

Subvention Etat

311 483 335

311 483 335

-

100

Subvention spécial

75 800 000

36 900 000

38 900 000

48,7

Subvention Conseil Régional

60 000 000

62 000 000

- 2 000 000

103,3

Total

1 399 363 335

1 183 794 637

215 568 698

84,6

Source : Région Médicale de Kaolack


 3.3  Les partenaires de la santé et bilan des comités de santé

La région médicale compte de nombreux partenaires techniques et financiers qui appuient la mise en œuvre des différents programmes de santé. Le partenaire le plus important tant en volume financiers qu’en types d’intervention est sans doute l’USAID. Avec la CTB et le Fonds mondial, ils constituent les principaux partenaires de la Région. En termes de couverture, certains PTF interviennent à l’échelle de toute la région, à l’opposé d’autres qui interviennent dans le territoire d’un seul district (Plan International à Nioro, Issu à Kaolack).

Certains partenaires sont constitués en consortium. C’est le cas d’ISSU (Initiative Sénégalaise de Santé Urbaine) qui regroupe 9 ONG intervenant dans la Santé de la reproduction et l’Alliance Nationale Contre le Sida (ANCS) qui est le «Lead» de nombreux organismes et associations qui travaillent dans le domaine de la lutte contre les IST et le SIDA

Enfin les associations professionnelles et les associations de personnes malades sont des partenaires importants dans la mise en œuvre de la politique de santé.

Pratiquement tous les domaines de programmes de santé sont appuyés. La santé maternelle et infantile et la lutte contre les malades (VIH/SIDA, Paludisme) sont cependant les domaines les plus appuyés. La santé oculaire n’est pas en reste. Au rang des partenaires qui interviennent globalement dans le renforcement du système de santé par la construction d’infrastructures et d’équipements, on cite les collectivités locales qui ont en charge la gestion du secteur de la santé, et par exemple la CTB par le biais de ses programmes de renforcement de la gouvernance et l’offre. La CTB adresse aussi les questions de demande de soins a travers le Programme d’Appui à l’Offre et à la Demande de Soins (PAODES). L’Union des Mutuelles de Santé dans la Région de Kaolack (UMUSARK) est aussi un partenaire stratégique dans la promotion des mutuelles de santé.

Il faut remarquer que tous ses nombreux partenaires techniques et financiers qui appuient les programmes de Soins de Santé Primaire (SSP), au détriment des soins de référence et de spécialités et donc des hôpitaux qui ne disposent comme partenaire que de la Banque Mondiale, qui est liée à quelques du  Sénégal par un CPOM (Contrat D’objectifs et de moyens) pour les aider à relever leurs équipements pour une meilleure qualité des services offerts.

Malgré la présence de ces partenaires stratégiques, la population fait des efforts considérables dans la participation au développement et au rayonnement de la santé au niveau régional. Cette participation se traduit par la présence de comités de santé autour de toutes les structures sanitaires (centre de santé, district de santé et poste de santé). Les comités sont chargés de la gestion des structures de santé à travers la vente de tickets et de médicaments, à l’exception du comité de santé des districts qui tirent leur ressource de vente de médicaments et des outils de gestion.

Nous regrettons le manque de complétude des données à cause du district de Kaolack qui n’a pas renseigné son budget. Néanmoins la tendance régionale du point de couverture est de 74%. Elle aurait pu être plus relevée si le district de Nioro avait atteint un taux avoisinant les autres.

Bilan annuel des districts sanitaire en 2013

 

District

Région

Nioro

Ndoffane

Kaolack

Guinguinéo

Solde antérieur

374 414 359

21 051 411

ND

31 626 282

427 092 052

Recettes des comités de santé

Tickets

213 089 428

38 105 650

ND

37 570 235

288 765 313

Médicaments

441 892 929

154 147 706

ND

122 215 504

718 256 139

Autres

50 050 024

1 023 170

ND

1 163 221

52 236 415

Total recette

705 032 381

193 276 526

ND

160 948 960

1 059 257 867

Total budget

1 079 446 740

214 327 937

ND

192 575 242

1 486 349 919

Dépenses des comités de santé des centres de santé

Médicaments

313 993 895

122 466 547

ND

81 507 769

517 968 211

Personnels

91 800 373

23 061 741

ND

30 491 937

145 354 051

Fonctionnement

264 628 609

17 509 469

ND

21 191 495

303 329 573

Entretien maintenance

30 249 856

15 588 825

ND

10 177 915

56 016 596

Autres dépenses

44 555 040

14 558 128

ND

14 910 597

74 023 765

Totale dépense

745 227 773

193 184 710

ND

158 279 713

1 096 692 196

Solde

334 218 967

21 143 227

ND

34 295 529

389 657 723

% d’exécution

69,04

90,14

ND

82,19

73,78

Source : Région Médicale de Kaolack


Bilan récapitulatif annuel des comités de santé en 2013

COMITE DE SANTE

Total

Centre Santé

Poste de Santé

District de santé

Solde antérieur

4 197 433

409 117 022

13 777 597

427 092 052

Recette des comités de santé

Tickets

193 974 753

94 790 560

0

288 765 313

Médicaments

265 669 053

154 989 887

297 597 199

718 256 139

Autres

25 025 012

26 048 182

1 163 221

52 236 415

Total recette

484 668 818

275 828 629

298 760 420

1 059 257 867

Budget 2013

488 866 251

684 945 651

312 538 017

1 486 349 919

Dépense des comités de santé

Médicaments

75 135 706

190 959 865

251 872 640

517 968 211

Personnels

75 601 938

54 100 613

15 651 500

145 354 051

Fonctionnement

227 310 701

66 712 752

9 306 120

303 329 573

Entretien maintenance

12 006 036

39 053 210

4 957 350

56 016 596

Autres dépenses

12 027 392

51 618 713

10 377 660

74 023 765

Total dépensé

402 081 773

402 445 153

292 165 270

1 096 692 196

Solde

86 784 478

282 500 498

20 372 747

389 657 723

% d'exécution

82,25

58,76

93,48

73,78

Source : Région Médicale de Kaolack


4. Le bilan des activités des formations sanitaire

4.1. Les cibles

En rappel, les différentes composantes de la population sont présentées pour permettre à chaque fois que nécessaire de faire ressortir des ratios concernant les enfants et les femmes en âge de procréer qui sont particulièrement les cibles de cette rubrique.

Répartition de la population selon les groupes d’âge spéciaux en 2013

Districts

Population totale

Enfants

FAR

0 à 11 mois

0 à 5 ans

Kaolack

269 873

10 525

52 355

62 071

Ndoffane

164 150

6 402

31 845

37 755

Guinguinéo

113 054

4 409

21 932

26 002

Nioro

316 434

12 341

61 388

72 780

Région

863 511

33 677

167 520

198 608

Source : Région Médicale de Kaolack

4.2. Les activités curatives et nosologiques

4.2.1. Les consultations curatives primaires

Ce sont les consultations faites par les services de consultation externes des centres et postes de santé, ainsi que l’hôpital. Les structures des districts de santé ont procédé à 397 584 consultants pour 370 628, soit un retour théorique du malade de 0,93. En ce qui concerne l’hôpital, le nombre de retour théorique est aux environs de 0,71. Cependant, le service d’ophtalmologie est celui qui est le plus fréquenté avec plus de 26% des cas.

Consultants et consultations des districts de santé en 2013

District

Consultants

Consultations

Nouveaux cas vue et orientés

Kaolack

130 499

132 563

1 459

Ndoffane

63 108

63 685

265

Guinguinéo

45 398

51 308

354

Nioro

131 623

150 028

116

Région

370 628

397 584

2 194

Source : Région Médicale de Kaolack


Consultants et consultations des services du CHR en 2013

Service

Consultant

Consultation

%

Consultation externe

7 996

9 417

16,7

Urgence médicale

3 717

3 731

6,6

Médecine interne

518

1 176

2,1

Pédiatrie

2 825

3 363

6,0

Cardiologie

520

3 594

6,4

Dermatologie

1 287

1 790

3,2

PTA

105

2 827

5,0

Ophtalmologie

11 600

14 701

26,1

Odontologie

1 439

2 287

4,1

Urgence chirurgie

4 642

4 642

8,2

Chirurgie générale

1 103

1 769

3,1

Chirurgie orthopédique

589

1 734

3,1

Chirurgie urologie

1 708

2 742

4,9

Visite pré anesthésique

1 199

1 249

2,2

Atelier orthopédique

60

126

0,2

Maternité

685

1 229

2,2

Total

39 993

56 377

100,0

Source : Région Médicale de Kaolack


4.2.2. Le profil nosologique (05 causes de morbidité)

Les cas de cause de morbidités les plus fréquents dans les districts de santé sont  principalement l’Hypertension Artérielle (HTA), le paludisme, l’Infection Respiratoire Aigue (IRA), les maladies diarrhéiques et les affections oeso-gastro duodénales.

Dans les districts de Ndoffane et Guinguinéo, le paludisme n’apparait pas dans les premières causes de morbidité sur l’ensemble des consultations effectuées. Par contre, ceux de Kaolack et Nioro, le paludisme continue d’occuper les premières places, malgré les stratégies mises en place pour enrayer cette maladie. Par contre, les consultations recensées à l’hôpital de Kaolack ont montré que plus de 49% des consultants.

Les 05 premières causes de morbidités selon le district de santé en 2013

Kaolack

Ndoffane

Guinguinéo

Nioro

Total

%

IRA

 

6 175

9 669

19 755

35 599

18,5

Toux/Rhume

 

4 630

 

 

4 630

2,4

Diarrhée

 

3 626

2 880

6 990

13 496

7,0

HTA

26 312

3 129

2 959

8 145

40 545

21,0

Plaie

 

2 015

2 385

 

4 400

2,3

Oeso-gastro duodénale

11 247

 

2 111

6 175

19 533

10,1

Paludisme

23 101

 

 

14 939

38 040

19,7

Dermatoses

7 698

 

 

 

7 698

4,0

Affection respiratoire

28 754

 

 

 

28 754

14,9

Principales Consultations

97 112

19 575

20 004

56 004

192 695

100,0

Source : Région Médicale de Kaolack

Les  principales causes de morbidités de l’hôpital en 2013

Pathologie

Total cas

%

Paludisme

1 174

49,0

Infection néonatale

347

14,5

Diabète

312

13,0

HTA

262

10,9

Eclampsie sur grossesse

151

6,3

Traumatisme

148

6,2

Principales Consultations

2 394

100

Source : Région Médicale de Kaolack

4.2.3. Capacité d’accueil

Le nombre de lits des centres de santé est de 96. L’hôpital quant à lui triple ces centres en matière de capacités d’accueil avec 293 lits. Cet état de fait est normal car la vocation des centres de santé c’est de garder les malades en courte durée qui souffrent de maladies non compliquées. Dans le cas contraire, le malade est référé à l’hôpital.

L’état des hospitalisations montrent que le service de la pédiatrie a un taux d’occupation le plus élevé avec 84,5%. Il est suivi par celui de la médecine interne (56,67%) et celui de la maternité (41,13%). Cela explique que ces services sont très fréquentés. Cependant, il faut noter que la répartition des lits par service est disproportionnel. Par exemple, les services de la chirurgie A et B qui ont chacun 35 lits ont des Taux d’Occupation des lits (TOM) respectivement de 21% et 27%, alors que celui de la médecine interne qui n’a que 13 lits a un TOM de 57%.

En matière du nombre de lits, les services de la pédiatrie et de la maternité sont les plus équipés avec respectivement 70 et 72 lits.

 

Répartition des lits selon le nombre de jour d’occupation et la durée moyenne de séjour

par district  en 2013

(Lits installés)

TOM

DMS

Kaolack

19

ND

3,95

Ndoffane

10

11%

4

Guinguinéo

25

28%

4

Nioro

42

33%

4

Région

96

Source : Région Médicale de Kaolack


Répartition des lits selon le nombre de jour d’occupation, la durée moyenne de séjour et l’Indice de rotation des lits

à l’hôpital en 2013

Lits installés

TOM

DMS

IRL

Médecine interne

13

56,67

8

2,4

Maladie infectieuse

16

25,38

6

2,09

Pneumologie

20

28,74

12

0,73

Cardiologie

18

35,88

11

1,05

Dermatologie

6

27,35

14

0,7

Pédiatrie

70

84,5

6

4,21

Chirurgie A

35

21,16

6

1,56

Chirurgie B

35

26,99

6

1,66

Réanimation

8

38,08

4

3,19

Maternité

72

41,13

3

3,65

Total

293

 

 

 

Source : Région Médicale de Kaolack


4.2.6. La mortalité hospitalière

Le nombre de décès enregistrés suite à une hospitalisation au niveau des districts est de 5,5 environ. Le district de Nioro a enregistré plus de décès avec un chiffre de 110 morts et un taux record de 12%.

Au niveau de l’hôpital, le nombre d’hospitalisation n’est pas disponible. Les ratios nous montrent que les services de la pédiatrie, des urgences médicales et de la réanimation sont ceux sui ont plus de morts avec des taux respectifs de 34%, 22% et13%. A ce titre, il meurt plus d’enfants que d’adultes.

Répartition des décès suite à l’hospitalisation dans les districts en 2013

Districts

Hospitalisations

Décès

% de décès

Kaolack

2147

83

3,9

Ndoffane

124

2

1,6

Guinguinéo

524

10

1,9

Nioro

915

110

12

Région

3710

205

5,5

Source : Région Médicale de Kaolack


Répartition des décès suite à l’hospitalisation à l’hôpital en 2013

Décès

% de décès

Pédiatrie

290

34,2

Urgence médicale

185

21,8

Réanimation

108

12,8

Maternité

65

7,7

Médecine interne

63

7,4

Maladies infectieuses

49

5,8

Pneumonie

27

3,2

Cardiologie

25

3,0

Chirurgie

29

3,4

Dermatologie

6

0,7

Total

847

100,0

Source : Région Médicale de Kaolack


 5. Les activités de Surveillance épidémiologique des maladies et de lutte contre les grandes endémies


5.1. Les activités de surveillance épidémiologique

La surveillance épidémiologique nécessite une collecte systématique et continue des données. L’analyse de ces données permet une prise de décision pour endiguer les épidémies. La surveillance épidémiologique est soit passive (les informations sont collectées et acheminées sans sollicitation ou intervention sur les services de surveillance), ou active (les informations sont collectées par un contact régulier avec les services, la SE active cherche l’information) .Trois objectifs sont assignée à la SE :

  1. Suivre les tendances des maladies ;
  2. Identifier les populations à risque ;
  3. Alerter précocement  en vue de la riposte ;
  4. Evaluer l’impact des interventions et des programmes de lutte.

Les maladies cibles de la surveillance épidémiologique sont : la Méningite Cérébrale Spinale (MCS), les Paralysie Flasque Aigue (PFA), la rougeole, l’ictère fébrile, les diarrhées sanglantes, le TNN et les morsures d’animaux (en particulier les chiens).

Les activités de surveillance épidémiologique se sont déroulées sur l’étendue de la région, les districts ont mené des sorties régulières au niveau des différents sites, les prélèvements effectués ont été acheminés soit au laboratoire régional soit à l’Institut Pasteur de Dakar (IPD). Le tableau ci-dessous fait le bilan de la surveillance pour quelques maladies comme la méningite, la rougeole, la fièvre jaune, les PFA et les Manifestation Adverse Post-Infection.

Le dispositif de la SE a permis de détecter 27 cas de méningite (dont 15 à Nioro), 23 cas de rougeole (dont 14 à Kaolack), 29 cas de fièvre jaune ‘dont 18 à Kaolack, 21 cas de PFA et 7 cas de MAPI dont un a été fatal. IL s’agit d’un enfant décédé quelque temps une vaccination au BCG mais le tableau d’imputabilité n’attribue pas le décès au vaccin.

En ce qui concerne les morsures d’animaux (particulièrement les chiens), une surveillance stricte est appliquée à la victime pour prévenir des cas de rage. Heureusement, sur les 40 morsures de chiens détectés, aucun cas de rage n’a été décelé.

 

Bilan des activités de surveillance épidémiologique en 2013

Structures

Méningite 

Rougeole 

Fièvre jaune 

PFA 

MAPI 

cas

décès

cas

décès

cas

décès

cas

décès

Cas

décès

Guinguinéo 

0

0

1

0

0

0

2

0

0

0

Kaolack 

3

0

14

0

18

0

5

0

3

1

Ndoffane 

5

0

4

0

4

0

7

0

0

0

Nioro 

15

0

4

0

7

0

7

0

4

0

Hôpital 

4

0

0

0

0

0

0

0

0

0

TOTAL 

27

0

23

0

29

0

21

0

7

1

Source : Région Médicale de Kaolack


5.2. Les activités de lutte contre le paludisme

Au Sénégal, le paludisme  occupe une place importante dans le cadre de la lutte contre la maladie. En effet, un programme  national  de lutte contre le paludisme est mis en place dès 1995 et le pays a eu à élaborer trois plans quinquennaux stratégiques 2001-2005, 2006-2010, et 2011-2015. Le Sénégal a adhéré à la déclaration d’Abuja sur la lutte antipaludique du 25 avril 2000, et à celle de 2006 qui appelle à la couverture universelle des interventions à efficacité prouvée et à l’élimination du paludisme.

La mise en œuvre des trois plans stratégiques a permis de réduire de façon significative la morbidité et la mortalité liées au paludisme.

Le taux de morbidité proportionnelle est passé de 35,72% de cas cliniques en 2001 à  3,07% de cas  confirmés en 2009. Dans la même période la mortalité proportionnelle est passée de 29,72%  à  4,41%.

Au niveau de la région de Kaolack, la morbidité palustre est passée de 30,8%  à 0,52%. Les indicateurs de la mortalité ont connu la même tendance avec un  taux de 10%  en 2006 et  3,46%  en 2009.

En 2013, le taux de morbidité de 12,3% a connu une hausse considérable en se basant sur les indicateurs ci-dessus.

Le district de Kaolack a connu beaucoup de cas de paludisme confirmé ; c’est pourquoi il arrive en tête de la région du point de vue du taux de morbidité avec 18% suivi de celui de Nioro. C’est d’ailleurs ces deux districts qui sont à la cause du taux très élevé de morbidité.

Répartition des consultants selon le nombre de cas de paludisme confirmés en 2013

 

Consultants

Cas  confirmés

Taux morbidité

Kaolack

130 499

23 101

17,70

Ndoffane

63 108

5 267

8,35

Guinguinéo

45 398

2 184

4,81

Nioro

131 623

14 939

11,35

Région

370 628

45 491

12,27

Source : Région Médicale de Kaolack


5.3. Les activités de lutte contre la tuberculose

Pour éradiquer la tuberculose, un programme national a été mis en place intitulé PNT. Les objectifs de ce programme sont de dépister au moins 70% des cas de tuberculose à microscopie positive attendus et de guérir 85% des cas de tuberculose à microscopie positive déclarés.

Durant ces dernières années, la région a réalisé des performances significatives en atteignant plus de 87% des taux de guérison.

Indicateurs intégrés de lutte contre la tuberculose en 2013 

Activités

2012

2013

Taux de notification de cas de TB toutes formes par 100.000 habitants:  

77 p100.000

75 p100.000

Taux de détection des nouveaux cas à frottis positifs:  

47% (433/925)

56,42 % (536/950)

Taux de guérison  

87 % (356/407)

88,71%  (385/ 434)

Taux de succès  au traitement des nouveaux cas TPM+ 

88 % (3/407)

93  %  (10/434)

Taux d’abandon des NC TPM+  au traitement  

2,70 %  (11/407)

3,68 %  (16/434)

Source : Région Médicale de Kaolack


5.4. Les activités de lutte contre la lèpre

Le Sénégal a atteint le seuil d’élimination qui est une prévalence inférieure à 1 cas pour  10.000 habitants  depuis 1995. La problématique actuellement est de rompre la chaine de transmission et de lutter contre les invalidités. Il faut aussi souligner que la Lèpre a intégré le Paquet Maladies Tropicales Négligées (MTN).

Les Objectifs du programme sont donc d’intensifier le dépistage et d’assurer le dépistage précoce de la lèpre.

Les stratégies prioritaires de lutte reposent sur :

  1. L’intégration de la lutte contre la lèpre dans les activités de soins généraux ;
  2. La supervision des activités ;
  3. La disponibilité des médicaments et application de la PCT ;
  4. L’amélioration de la communication et de la collaboration pour la promotion des activités d’élimination de la lèpre au sein des communautés ;
  5. Le renforcement des activités de diagnostic et de prise en charge des malades.

La région se maintient bien du taux de prévalence de la lèpre en deçà du taux d’élimination de (0,34/10 000hbts), mais les formes MB, source de confirmation et de diffusion de la maladie dans la communauté sont toujours présentes (63,7% des nouveaux cas).

C’est peut-être pourquoi les enfants représentent un pourcentage important des nouveaux cas avec 16%. Le fort taux de mutilation (20%) indique un dépistage tardif.

Indicateurs de lutte contre la lèpre en 2013

 

Nombre

Ratio

Prévalence en fin d’année 2013

27

0.31/10000 hbts

Détection (nouveaux cas)

30

0.34/10000 hbts

Nouveau cas enfant

5

16%

Nouveau cas avec mutilation

6

20%

Nouveau cas féminin

10

33.4%

Nombre de MB

27

63.7% (nouveaux cas)

Nombre de PB

3

10% (nouveaux cas)

Achèvement du traitement MP

73,46%

Achèvement du traitement PB

 

50%

Source : Région Médicale de Kaolack


MB : Multi bacillaire,   PB : Pauci bacillaire

5.5. Les activités de lutte contre le sida

La situation épidémiologique du VIH/SIDA dans la région se présente comme suit :

  1. Taux de prévalence nationale : 0,7%
  2. Taux prévalence  dans la population générale de la région: 1,1 %
  3. Femmes: 0,9%
  4. Hommes: 0,5%
  5. Professionnel du sexe : 28 %

Parmi les facteurs de vulnérabilité de la région face au VIH/SIDA, on cite : 

  1. Une pauvreté agissante : selon l’EDS5 et l’ESP, la région occupe la 5ème  place de celle les plus pauvres, avec un taux de pauvreté de 45,4% et 48,3% de ménages ruraux vivant en deçà du seuil de pauvreté.
  2. Une position géographique qui fait de la région un carrefour ou passage forcé non seulement des autres régions sud mais aussi des pays limitrophes comme la Gambie, le Mali et les deux Guinées et même au-delà avec la libre circulation des pays de l’UEMOA. Cette situation de fait entraine des effets collatéraux comme par exemple la prostitution clandestine
  3. Des manifestations  socioculturelles (Gamous de Médina Baye, Taïba Niassène et Diamal, Magal de Porokhane et Pèlerinage catholique de Ndiaffatte; Gamou de Kahone,  journées culturelles dans plusieurs localicéis, campagne arachidière etc.
  4. Les intenses mouvements de populations liés à l’existence de gares routières et à la fréquentation des loumas

Dans le cadre de la PTME (Prévention de la Transmission Maternelle du VIH à l’Enfant), la région a un taux de séropositivité de 0,25%. Ce ratio représente presque la moitié du taux de séropositivité de la région. En effet, sur les 67 328 ayant bénéficié du test de dépistage, dont 98,7% ont retirés leur test, 394 personnes sont déclarées séropositives, soit un pourcentage de 0,59%. Le taux de séropositivité a beaucoup baissé par rapport en 2011 où il a atteint son point culminant de 2,08%.

Situation de dépistage dans le cadre de la PTME en 2013

Districts

Kaolack

Nioro

Guingneo

Ndoffane

Total

Grossesse attendue 

10 525

12 341

4 409

6 402

33 677

Nbre de FE chez qui le test de dépistage VIH a été proposé  

8 718

13 771

3 541

5 586

31 616

Nbre de FE qui ont accepté de faire le test VIH  

7 392

13 360

3 238

5 057

29 047

Nbre de FE qui ont fait  le test de dépistage VIH  

7 147

13 311

3 175

4 942

28 575

Nbre de FE qui ont retiré leur test de dépistage VIH  

6 309

13 311

3 171

4 942

27 733

Nbre de FE  dont  le test de dépistage VIH est positif  

39

30

3

7

79

Taux de séropositivité au VIH  en 2013  

0,55%

0,23%

0,09%

0,14%

0,28%

Source : Région Médicale de Kaolack


Situation de dépistage selon le district en 2013 

DISTRICT DE SANTE

Hop.

Région

Kaolack

Nioro

Ndoffan

Guing.

Nbre de personnes ayant bénéficié du counseling prétest.

21 552

29 676

9 974

8 793

-

34 541

Nbre de personnes ayant été testées pour le VIH

16 612

29 216

9 325

8 427

3 748

67 328

Nbre de personnes ayant retiré leurs tests de dépistage VIH

15 760

29 216

9 314

8 427

3 728

66 445

Nbre de personnes testées positives au  VIH.

89

149

42

13

101

394

 

0,54

0,51

0,45

0,15

2,69

0,59

Source : Région Médicale de Kaolack


Evolution du taux de séropositivité des quatre dernières années

sante1

 

Source : Région Médicale de Kaolack

Nombre de PVVIH suivies au niveau des structures sanitaires

DISTRICT DE SANTE

Hop.

Région

Kaolack

Nioro

Ndoffan

Guing.

Nbre de PVVIH suivies

155

313

66

53

640

1227

Nbre de PVVIH suivies sous ARV

141

275

63

43

561

1083

Nbre de nouveaux patients enregistre dans la PEC

86

148

19

8

82

343

Nbre de nouveaux patients mis sous ARV

74

110

20

9

80

293

Nbre de nouveaux patients enregistrés sous la PEC

89

149

42

13

101

394

Source : Région Médicale de Kaolack.


6. Les activités des maternités et de protection maternelle

Les activités des maternités et de protection maternelle et infantile sont constituées de consultations gynécologiques, de consultations prénatales (avec la gamme de prestations de VTA, TPI,  et PTME), de dépistage et de référence des grossesses à risque, d’assistance à l’accouchement (y compris la césarienne), de consultations post-natales et d’offre de service de planning familial.

 

6.1 Consultations prénatales

La surveillance de la grossesse est l’une des activités phares de la santé  de la mère et de l’enfant. Les activités de la consultation prénatale (CPN) comprennent: la vaccination antitétanique qui protège l’enfant du tétanos néonatal, le traitement présomptif du paludisme et la PTME (Prévention de la Transmission Maternelle du VIH à l’Enfant), entre autres.

Malgré un niveau élevé d’utilisation de la CPN avec 94,4%, la région est loin d’atteindre l’objectif de 80% de la couverture en CPN4 qui est de 33,87%. Certes les femmes de la région commencent bien leurs premières CPN mais elles ne les terminent pas sérieusement avec un taux de couverture faible de 31,23%.

Répartition des femmes enceintes selon la couverture en CPN en 2013

Activités

Nombre

Couverture  et observations

Nombre total de 1ers contacts en CPN

31 336

94,40%

CPN1

12 016

35,68%

CPN2

25 717

76,36%

CPN3

22 440

66,63%

CPN4

11 408

33,87%

Taux d’achèvement

31,23%

Source : Région Médicale de Kaolack


Répartition des femmes enceintes selon la couverture en TPI en 2013

Trimestres 2013

Nombre Total femmes enceintes vue en CPN et ayant bénéficié de la SP2

Nombre Total de 1er contact en CPN

% de Femmes enceintes ayant bénéficié de la SP2 (TPI2)

1er Trimestre

3 104

5 089

61.0%

2éme Trimestre

4 117

8 803

46.8%

3éme Trimestre

6 393

10 116

63.2%

4éme Trimestre

5 312

7 328

72.5%

Source : Région Médicale de Kaolack


6.2. La préventions contre le paludisme

Les données du district de Kaolack ne sont pas disponibles en ce qui concerne la distribution des MILDA (Moustiquaire Imprégnée à Longue Durée d’Action).

En tenant compte des autres districts, conformément aux objectifs de la région, toutes les femmes de la région sont dotées de  moustiquaires.

Concernant la couverture en TPI (Traitement Présomptif Intermittent), 28 825 femmes enceintes ont été traitées.

Répartition des femmes enceintes selon la couverture en moustiquaires et le niveau de TPI en 2013

KAOLACK

NDOFFANE

GUINGUINEO

NIORO

REGION

TPI1

64 584

4 338

2 969

12 069

25 825

TPI2

4 990

3 008

2 107

8 907

19 012

TPI3

15

-

-

94

109

MILDA/FE

3 782

1 400

13 227

18 409

TX de couverture  en MILDA

58,7

38,0

94,2

Source : Région Médicale de Kaolack


6.3. La situation des accouchements

Le Ministère de la Santé et de l’Action Sociale, à travers ses programmes, s’attèle à réduire le maximum possible les accouchements non assîtes pour la protection de la maman et de son enfant. A ce point de vue, le district de Guinguinéo est beaucoup à la traine car 46% des femmes accouchées ont été assistées par une structure médicale. Il y a beaucoup d’avortement (1 744 au total). Parmi ces avortements, les 387 ont l'aspiration manuelle intra-utérine (AMIU). Sur l’ensemble des accouchements effectués, dans les différentes maternités, les morts nés représentent 972 cas, soit un pourcentage de 4.3%. Parmi ceux-là, les morts nés sont les plus importants avec  60,7%. Cependant, il faut noter que la mortinaissance ainsi la mortalité néonatale  sont faibles dans la région ; ce qui traduit la qualité de la prise en charge des femmes en état de grossesse.

Répartition des femmes selon le type d’accouchement en 2013

Activités

Kaolack

Ndoffane

Guinguinéo

Nioro

Hôpital

Région

Grossesse attendue

10 525

6 402

4 409

12 341

33 677

Acchts /Maternité

5 675

3 509

2 882

7 329

2 382

21 777

Acchts/Domicile

547

524

238

723

700

2 732

Total Acchts

6 222

4 033

3 120

8 052

3 082

24 509

Acchts assistés

4 533

3 213

1 754

6 772

3 082

19 354

Acchts assistés en %

73

80

56

84

100

79

Nces Vivantes

5 837

3 855

3 072

9 438

2 593

24 795

Avortements

400

212

44

657

44

1 357

AMIU

155

21

22

189

ND

387

Source : Région Médicale de Kaolack


Situation de la mortalité néo natale et des morts nés en 2013

Activités

Kaolack

Ndoffane

Guinguinéo

Nioro

Hôpital

Région

Acchts /Maternité

5 675

3 509

2 882

7 329

2 382

21 777

Mort nés frais

31

21

21

140

377

590

Mort nés macéré

80

39

29

112

122

382

Total morts nés

111

60

50

252

499

972

Décès 0-7 jours

20

3

7

20

ND

50

Décès 8-28 jours

1

0

2

9

ND

12

Acchts/Césarienne

0

0

0

177

700

877

Source : Région Médicale de Kaolack


6.4. La planification familiale

Le Sénégal s’est engagé à faire de la PF une forte priorité et s’est même fixé un objectif d’un Taux de Prévoyance Contraceptive (TPC) de 27% en 2015. A ce titre, un plan de relance a été élaboré depuis 2012.

Ce plan consiste à impliquer tous les secteurs publics, privés et parapublics et à assurer la disponibilité permanente des produits de planification au niveau des structures de santé compétentes.

Les niveaux de couverture de la PF varient de 11,6% (Kaolack) à 8,6% à Ndoffane. Le PCT de 10,9% de la région reste très faible et loin de l’objectif de 27%. L’une des raisons selon 34% des femmes enquêtées dans EDS5 c’est l’inaccessibilité de la PF. Selon l’EDS continue 2012/2013, le TPC de la région est de 11,5%.

 

Situation de la Planification Familiale en 2013

Districts

Pilule

DIU

Implants

Injectable

Total

TPC

Kaolack

5 017

680

5 855

10 855

22 407

11,64%

Ndoffane

348

124

1 209

1 586

3 267

8,65%

Guinguinéo

191

95

273

1 626

2 185

9,10%

Nioro

1 543

533

1 211

2 291

5 578

8,90%

Total Région

7 099

1 432

8 548

16 358

33 437

10,90%

Source : Région Médicale de Kaolack


6.5. La vaccination contre les maladies cibles du PEV

Le Programme Elargi de Vaccination (PEV) a été mis en œuvre depuis 1980. Des résultats probants sont en train d’être observés. Aujourd’hui, 11 maladies sont câblées : la tuberculose, la diphtérie, le tétanos, la coqueluche, la poliomyélite, l’hépatite B, les infections à HI, la rougeole et la fièvre jaune.

Les 82 unités de vaccination réparties dans la région ont permis de vacciner une bonne partie des enfants âgés de 0 à 11 ans sur une cible de 33 677 enfants. Ainsi, 85% des enfants ont été complètement vaccinés au cours de l’année 2013. Les couvertures vaccinales au VAR et au VAA restent en deçà de l’objectif national particulièrement au district de Kaolack avec 79% de couverture.

Les activités de vaccination en 2013

Antigène

Guinguinéo

Kaolack

Ndoffane

Nioro

Total

Couverture  %

BCG 

4 501

10 557

7 891

13 603

36 552

108.5%

Polio zéro 

2 602

6 565

2 921

5 304

17 392

 

Polio 1 

4 345

10 154

7 140

13 545

35 184

104.5%

Polio 2 

4 379

9 579

6 673

12 804

33 435

99.3%

Polio 3 

4 314

9 356

6 227

12 533

32 430

96.3%

Penta 1 

4 343

10 147

7 140

13 750

35 380

105.1%

Penta 2 

4 382

9 558

6 673

13 180

33 793

100.3%

Penta 3 

4 334

9 322

6 227

12 839

32 722

97.2%

VAR 

4 136

8 294

6 150

11 528

30 108

89.4%

VAA 

4 136

8 341

6 075

11 205

29 757

88.4%

ECV

4 136 

8 342 

6 057 

10 285 

28 820 

85.6% 

VAT 1 

1 054

5 131

2 120

7 289

15 594

46.3%

VAT2+ 

3 273

8 602

6 582

11 535

29 992

89.1%

Source : Région Médicale de Kaolack

6.6. La surveillance nutritionnelle et pondérale

Les objectifs du programme de nutrition :

  1. Supplémenter à la vitamine A deux dans l’année 95% ou plus les enfants de 6-59mois ;
  2. Déparasiter au mébendazole 500mg deux dans l’année 95% ou plus les enfants de 12-59 mois ;
  3. Suivre la promotion de la croissance de 80% des enfants de 0-24 mois  chaque mois ;
  4. Dépister 80% la MAS chez les enfants de 0-59mois tous les trois mois ;
  5. Prendre en charge au moins 95%  ou plus des cas de MAM dépistés à l’UREN-C ;
  6. Prendre en charge au moins 95%  ou plus des cas de MAS sans complication dépistés à  l’UREN ;
  7. Prendre en charge au moins 95%  ou plus des cas de MAS avec complication dépistés au  CREN ;
  8. 90% et plus de structures du niveau opérationnel applique la PCIME ;
  9. 100% les enfants qui naissent dans une formation sanitaire soient mis au sein dans les 30mns qui suivent sa naissance ;
  10. Au moins 90% des nourrissons soient allaités exclusivement au sein pendant 6mois révolus ;
  11. Au moins 90% des enfants bénéficient de l’introduction des aliments de compléments à partir de 6 mois ;
  12. Au moins 90% des enfants malades ayant recours aux soins précocement ;
  13. Au moins 90% des cas de diarrhée soient pris en charge avec les SRO/ZINC.

Surveillance nutritionnelle et pondérale en 2013

Indicateurs

Kaolack

Ndoffane

Guing.

Nioro

Région

Pourcent.

Nombre d’Enfants pesés

147 633

33 138

19 448

50 915

200 219

150%

BEN (Vert)

146 137

32 278

19 191

46 430

197 606

97,20%

MAM (Jaune)

1 432

764

223

3 863

2 419

2,50%

MAS (Rouge)

65

96

34

618

195

0,30%

MAS compliqués

-

-

-

-

-

0

Total enfants malnutris

1 497

860

257

4 481

2 614

2,81%

Source : Région Médicale de Kaolack


Cas de malnutritions en 2013

DISTRICTS

CIBLE 6- 59mois

MAM

MAS

Total

GUINGUINEO

17 261

223

34

257

NDOFFANE

25 048

764

96

860

NIORO

27 394

3 863

618

4 481

KAOLACK

38 114

1 432

65

1 497

REGION

107 817

6 282

813

7 095

Source : Région Médicale de Kaolack

 

 

ARCHIVES


Chiffres Cles 2009

Chiffres Cles 2010

Chiffres Cles 2011

debug

This is the default debug module style.