S5 Aurora Dawn - шаблон joomla Книги

Chiffres Cles Culture

INTRODUCTION


Dans le cadre d’une déconcentration  et d’une décentralisation culturelle, un service régional  dénommé «Â Centre Culturel Régional » fût créé  dans les années 70  dans les chefs lieu de région du pays. Il se présente avec deux missions fondamentales: une mission de représentation du ministère de la culture et des loisirs et une mission d’assistance technique auprès des collectivités locales. Par ailleurs le principal objectif est d’engager une dynamique culturelle au niveau de la région afin de permettre : aux artistes de se développer à tous les niveaux, et à la population de suivre l’évolution  culturelle mais également  de sauvegarder le  patrimoine local.  Les potentialités de la région en matière culturelle sont énormes à cause surtout de son statut de carrefour car étant un passage forcé entre les régions orientales et sud et surtout les pays frères de la Gambie, du Mali et des Guinées Bissau et Conakry. La région engendre une diversité culturelle extraordinaire favorisé par la présence de plusieurs ethnies du Sénégal en l’occurrence les sérères, les wolofs, les toucouleurs, les peuls de la Guinée et même les bambara du Mali etc.

Malgré ses moyens limités, le centre culturel régional de Kaolack  à travers ses activités contribue à la promotion de différentes disciplines  artistiques et littéraires, mais est aussi en contact permanent avec les acteurs des différentes  associations culturelles locales. Le centre culturel a été créé en 1972 et a rejoint en 1994 ses nouveaux locaux  construits dans le cadre de la coopération sino sénégalaise.

Ainsi, des actions pour promouvoir la lecture, la musique, le théâtre ; l’art plastique, les lettres, les sites et monuments historiques sont menées à travers la région.

 

 

Les infrstructures culturelles


La région de Kaolack dispose d’un centre culturel régional et d’un centre culturel français (alliance franco sénégalaise) qui contribuent à l’intégration socio- économique des acteurs culturels par le biais de l’éducation permanente et de l’appui technique aux porteurs de projets culturels, de six (4) bibliothèques dont les cinq(2) sont localisés dans le département de Kaolack.  Cependant, malgré cet immense patrimoine dont elle dispose, beaucoup d’efforts restent à faire sur le plan des infrastructures et de la formation pour promouvoir le développement culturel de la région.

 

Répartition des infrastructures cultuelles existantes selon le département en 2013

RUBRIQUES

REGION 

DEPARTEMENTS

Kaolack

Guinguinéo

Nioro

Bibliothèques

4

2

1

1

centres de lecture et d’animation culturelle (CLAC)

0

0

0

0

Cinéma

0

0

0

0

Centre culturel

1

1

0

0

Manufacture

0

0

0

0

Musée régional

0

0

0

0

Alliance franco-sénégalaise

1

1

0

0

studio d’enregistrement

1

1

0

0

Source : Centre culturel régional de Kaolack

 

Le patrimoine culturel de la région

La région de Kaolack possède des sites et monuments qui n’envient en rien ceux de la capitale et des autres régions du pays.

Tableau 66 : Répertoire du patrimoine matériel (sites et monuments historiques) de la région

Département

Sites

Kaolack

Bâtiment abritant la Gouvernance de Kaolack

Ex-Palais de Justice de Kaolack

Mosquée Diabel Ka de Kaolack

Mosquée Kanéne, Léona de Kaolack

Tumulus de Ndalane, Arrondissement de Gandiaye

Gouye Ndiouly de Kaohone

Gouye Guéweul de Kahone

Nioro

tata de Maba Diakhou Bâ à Nioro

Mausolée de Mame Diarra Bousso à Prokhane

Puits de Mame Diarra Bousso à Porokhane

Tombe de Matar Kalla Dramé, à Ndimb Dramé

Site mégalithique de Sine Ngayéne

Site mégalithique de Mbolop Tobé, au village de Konomba

youndou de Ndémène  /Dpt Nioro

la case de Boumbouné / Dpt de Nioro

Mosquée de Kabakoto

Guinguinéo

Bivouac de ’El Hadji Oumar TALL( Badakhoune)

Arbres fétiches de Gagnick Godjil (Badakhoune)

Marigot Ngaby et Wagui (Badakhoune)

gouye Mame Takhar de Ngoloum

Keur Buur Fodé  Guinguinéo

dépôt du chemin de fer Guinguinéo

Source : Centre culturel régional de Kaolack

 

Le patrimoine  culturel de la région concerne essentiellement :

  1. les sites historiques : Tata de Maba Diakhou Bâ, ravin de Pathé Badiane, Gouye Ndiouly ;
  2. les sites mégalithiques : Sine Ngayenne inscrits sur la liste du patrimoine mondial de l’UNESCO ;
  3. les sites religieux : la mosquée de Médina Baye, celle de Serigne Diabel Ka ;
  4. les lieux de pèlerinage : Porokhane, Taïba Niasséne,  Ndiaffat, Mbadakhoune, Kahone ;
  5. l’existence d’un agenda culturel avec des événements phares tels que: Fint’ Arts, le Festival de théâtre de Kaolack (FETHEKAO), le Festival International des Arts Hip Hop de Kaolack, le Festival de tassou (FESTASS), le Festival International  de l’APECE Pour les Enfants (FIAPE), le Festival de Danse Nanu Fecc.

 

Répertoire du patrimoine Immatériel (expressions culturelles et rites) de la région

Expressions culturelles et Rites

Le Prim

Le ndaga

Le  leul du Saloum ou Djingué de latmingué

Le Misse le Gandiaye

Le  génie Mbossé

Le génie Ndomir Back

Le gamou de Kahone

Les gamous de Médina Baye, Léona et Porokhane

Etc.

Source : Centre culturel régional de Kaolack

 

Répertoire des cérémonies culturelles prévues de la région en 2013

Date 

Activités 

Localités ou lieux 

Observations 

Mars 

La nuit du Rip

Médina sabakh

Nioro  Kaymor

Initiateurs: Populations

27-28      Mars 

4ème édition du Festival International de Graffiti

Nioro

Initiateur : L’artiste 2mgraf (Kemp Ndao)

08 au 16  Mars

FIAPE 1ère  edition

Kaolack

initiateurs: L’Association Pour la Promotion,  l’Education et la Culture de l’Enfant (APECE )

10-11      Avril 

FESTASS 1ére éxdition

Kaolack

Initiateur: Adji Diarra Niang

15 -16       Mai 

Nanu Fecc

Kaolack

initiateurs: la compagnie de danse Bokk guis guiss

5 - 6 -7     Mai 

Gamou Traditionnel de Kahône

Kahône

Initiateur:<>

20 – 25     Mai 

Journées Culturelles de la Communauté Rurale de Keur Baka /Art de Koumbal/Dept de Kaolack

Keur Baka

Initiateurs: Populations

06 au 11   Juin 

FETHEKAO 3ème edition

Kaolack

initiateurs: Compagnie théatrale  Guindi

10 - 11      Juin 

Journées Culturelles de Kahône

Kahône

Initiateurs : Commune de Kahône

Deuxième quizaine   Juin 

Cérémonie rituelle d’offrandes à Mbossé Coumba Djiguéne Totem de Kaolack

Kaolack

Initiateurs: Populations

A l’approche ou pendant l’hivernage

Cérémonie divinatoire du Baaw - Naan (Prières et     offrandes)

Kaolack

Initiateurs: Populations

Novembre 25 - 28

Festival International des Arts et Tradition du Saloum 5ème édition

Kaolack et les

autres

départements

Initiateurs : Conseil Régional de Kaolack et le Réseau des artistes de Kaolack

Dans la 2ème quinzaine  Décembre

6ème édition Festival Art Hip Hop de Kaolack qui est à sa

Kaolack

Initiateur: Association Jeunesse -Action –Développement

Partenaire : Centre Culturel Régional de Kaolack

Source : Centre culturel régional de Kaolack

Les autres activités culturelles

Les journées  mondiales et internationales  (théâtre, danse, musique, livre, francophonie, patrimoine), les concours d’orthographe organisés par le Centre culturel Région

 

La lecture

La lecture publique rencontre de réelles difficultés dans la région dues à plusieurs paramètres. Il s’agit :

  1. le problème de l’accessibilité du livre pour certain et dans certaines  zones enclavées  de la région;
  2. le manque de moyens et de logistique des jeunes talents qui seront obligés de quitter la ville pour aller résider vers la capitale où l’information  et la communication est plus accessible ;
  3. l’Absence de TIC ou la défaillance du matériel (ordinateur,  internet  etc.).
  4. l’Agence de la Francophonie à travers l’implantation de centres de lecture et d’animations culturelles (CLAC.)
  5. l’absence du goût à la lecture causée par l’agression du livre par les TIC

Vu l’importance de l’éducation dans la région de Kaolack, il est nécessaire et efficace de disposer d’un réseau  de bibliothèques avec  la bibliothèque régionale du centre culturel et celle de l’Alliance Franco-sénégalaise. Cette structure permettrait de  corriger  l’insuffisance en matière de lecture publique notée dans les autres départements.

 

La musique

La région de Kaolack concentre beaucoup de musiciens, entre autres : Adji Diarra, le prim jazz, Amy Socé Barry, Nafy Thiobane,  Saly Mbaye, Pape Ndiaye Thiop, etc.

On constate tout de même la montée  des jeunes talents tels que : G85, Mahalay, Rifou, etc. A l’instar des autres régions, le phénomène du «Â Rap » est en train de se développer dans la région. Kaolack représente après Dakar la deuxième ville  hip Hop au Sénégal.  On note également l’existence de troupes folkloriques.

Cependant, le problème majeur pour l’émergence de la musique reste la concentration des moyens  à DAKAR, d’où des difficultés au niveau de cet art :

  1. la politique de promotion qui fait défaut ;
  2. absence de mécènes ;
  3. la piraterie ;
  4. l’insuffisance d’orchestres et de structures  de production
  5. Insuffisance des infrastructures et de formation

Ces difficultés expliquent forcément ce saut de page sur  le plan musical dont les perspectives tardent à venir. Il s’agira de :

  1. mettre en œuvres des mesures s’attelant  à la promotion de la musique à Kaolack (création de studios d’enregistrement et de maisons de production ;
  2. promouvoir des idées et inciter la jeunesse de produire dans leur fief ;
  3. les doter de moyens financiers et matériels ;
  4. faire leur promotion sur le plan national et international ;

D’ailleurs, un seul groupe PRIM JAZZ est en train de montrer la voie à la génération nouvelle.

 

Le théâtre et la danse

A côté de la musique, viennent  le théâtre  et la danse avec de nombreuses troupes,  compagnies et Crew  semi – professionnelles présentes dans la région telles que : Guindi, Acte 3, Dékil Art, A. T. I. (Atelier Théâtre et Image)  bokk Guis Guiss etc. qui sont des professionnels opérants. On rencontre aussi d’autres groupes moins populaires, amateurs au niveau des ASC (Saloum, Mbossé, Renaissance…) malgré de nombreuses et d’innombrables difficultés dont souffre le théâtre.

Il s’agit entre autres :

  1. du manque de lieux  adéquats à la représentation ;
  2. du manque de formation de certaines troupes.

Dans le domaine du perfectionnement en son et lumière, en mise en scène et chorégraphie, il faut noter :

  1. l’absence de formateur en régisseur de plateau ;
  2. la présence de la piraterie (réseau) branchement des fils de chaines télévisions.

Cependant, la solution pour pallier ce problème est d’assurer la promotion des produits tout en créant un statut social pour  les acteurs, et en mobilisation  de moyens logistiques pour le bon fonctionnement des troupes. L’ARCOTS-Kaolack qui est en étroite  collaboration avec le centre culturel, intègre certaines troupes ou groupes théâtraux  dans certains programmes d’activités.

Le théâtre  kaolackois occupe  une place de choix. En effet, des scénarii sont diffusés dans les télés privées comme  publiques  du Sénégal. L’importance que la population lui accorde aujourd’hui confirme sa position de troisième rang après Dakar et Thiès.

Il est à déplorer la suppression du festival  du rire depuis 2011 que le promoteur Guëdel Mbodji offrait chaque année aux fans de la culture.

 

L’art plastique

Sur le plan international, l’art plastique trouve son intérêt  et son importance alors que sur le plan régional cet art est presque méconnu malgré  la présence de certains plasticiens (Balayéra,   Ousmane  Diamé etc.) qui sont concentrés dans le réseau des artistes plasticiens de Kaolack).

L’art plastique  souffre des maux comme:

  1. la méconnaissance des arts plastiques ;
  2. le manque de promotion des jeunes artistes plasticiens ;
  3. l’absence des milieux d’exposition (atelier, galerie) ;
  4. l’absence de dynamisme dans le secteur ;
  5. le manque de communication sur les  problèmes du secteur ;

Cependant, plusieurs efforts ont étaient faits comme :

  1. la création du   réseau des artistes des artistes plasticiens ;
  2. l’organisation  d’ateliers périodiques de peinture dans certaines zones ;  d’intervention des  ONG comme Plan International ;
  3. l’organisation d’ateliers de création par le centre culturel régional.
  4. le manque considérable de matériel technique, et logistique du Centre culturel régional ;
  5. insuffisance de l’implication des collectivités locales dans l’action culturelle ;
  6. le manque de protection et de mise en valeur des sites historiques ;
  7. l’insuffisance  d’organisation et  de formation des acteurs ;
  8. le manque d’infrastructures (galerie, salles de spectacle aux normes, maisons de production…).
  9. la réhabilitation du centre culturel régional
  10. l’appui aux manifestations culturelles pour la sauvegarde et la diffusion du patrimoine culturel
  11. la restauration  du Tata de Maba Diakhou Bâ.
  12. l’aménagement du site de Gouye Ndiouly de Kahône
  13. la valorisation du site mégalithique de Sine Ngayène
  14. la mise en place d’un cadre de concertation regroupant les acteurs culturels et autorités étatique.
  15. la création de centres de lecture et d’animation culturelle dans les communes et les chefs lieu d’arrondissement
  16. la création de nouvelles infrastructures culturelles (création de salles de spectacle capables d’accueillir un spectacle selon les normes techniques) dans la région et la réhabilitation de celles qui existent déjà.
  17. l’obtention de studio d’enregistrement, de production musicale mais également de lieux de formation et de perfectionnement des artistes toutes disciplines confondues.
  18. la création de galerie d’exposition pour les artistes plasticiens de la région.

Conclusion

La culture occupe une place importante dans la région.  Ainsi, d’importants efforts sont effectués dans les domaines de la lecture, de la musique, du théâtre mais aussi  de l’art plastique. Néanmoins, ces derniers sont confrontés à des difficultés surtout liées à l’insuffisance d’infrastructures culturelles adéquates. Le Centre culturel régional souffre d’un manque criard de matériel technique, et logistique capables d’assurer la diffusion des créations et représentations culturelles.

 

ARCHIVES


Chiffres Cles 2009

Chiffres Cles 2010

Chiffres Cles 2011

debug

This is the default debug module style.